Code postal ou ville
la carte de l'eure

Le CH de Navarre a organisé en 2011 plusieurs manifestations.

Ci-dessous, les documents et retours concernant  les manifestations suivantes :

  1. - Contribution des neurosciences à la compréhension du suicide - 24 novembre 2011
  2. - Journée de formation sur le médico-social - 10 novembre 2011




Contribution des neurosciences à la compréhension du problème du suicide – Conférence du 24 novembre 2011 au CH de Navarre

Le CH de Navarre et le Pôle de psychiatrie du CHI Eure-Seine ont organisé le 24 novembre 2011 une conférence, avec la participation du Pr Philippe Courtet, chef de service au CHU de Montpellier, sur le thème du suicide et de l’apport des neurosciences dans la compréhension de ce phénomène. 60 personnes (médecins et soignants) sont venues assister à cette conférence.
 

Le suicide est en effet un problème majeur de santé publique au niveau mondial. L’OMS estimait à près d’un million de personnes à travers le monde, le nombre de décès par suicide en l’an 2000. Ceci correspond à une mortalité globale de 14,5 à 16/100 000 habitants, soit une mort toutes les quarante secondes. On estime par ailleurs que pour un suicide réussi, on peut compter environ vingt tentatives de suicide soit vingt millions de tentatives chaque année dans le monde (une tentative toutes les deux secondes). Le suicide représente également l’une des dix premiers causes médicales de décès et l’une des trois premières causes chez les 15-34 ans avec environ 100 000 décès chez des adolescents chaque année.

 En termes de charge économique, le suicide représentait en 1998, 1,8% du coût mondial des maladies ce qui correspond à deux fois le coût du diabète (charge évaluée selon l’indicateur DALY : Disability-Adjusted Life Year ou AVCI en français : Années de Vie Corrigés du facteur Incapacité). L’OMS estime par ailleurs que ce coût sera croissant et qu’il représentera en 2020, 2,4% du poids économique mondial.

Les taux de suicide ont tendance à augmenter avec l’âge. Les décès sont en effet relativement plus importants chez les personnes du troisième âge en terme d’incidence, mais en valeur absolue, ce sont les tranches d’âge 35-44 et 45-54 ans qui sont les plus touchées avec, ces dernières années, une augmentation chez les 15-25 ans.

Diaporama du Professeur COURTET : (cliquer sur l'image pour télécharger le fichier - 6Mo)



La France est parmi les pays d’Europe les plus touchés par le problème du suicide avec un taux d’incidence d’environ 17 / 100 000. Selon les dernières données, le nombre de suicide en France peut être évalué à 10 à 11 000 décès par an ce qui représenterait 2 % de la mortalité globale et 2,9 % de la mortalité masculine.

Ces statistiques sont sous-estimées de par la dissimulation du caractère suicidaire de certains décès ou de l’incertitude quant à l’intentionnalité de certaines morts violentes et l’Inserm estime qu’il faudrait majorer ces chiffres d’un facteur de l’ordre de 20 à 25 % selon la tranche d’âge.

Avec plus de 150 000 tentatives de suicide par an, la prévention des récidives après une tentative de suicide constitue un enjeu important. En effet, l’existence d’antécédents de tentatives de suicide constitue le facteur de risque le plus prédictif de suicide (risque 40 fois supérieur par rapport à la population générale). Les récidives suicidaires surviennent dans 40 % des cas et le plus souvent dans un délai inférieur à un an. On estime que 10 à 15% des suicidants décéderont par suicide et que le risque de suicide est estimé à 1% dans l’année qui suit une tentative de suicide, le risque étant majeur dans les 6 premiers mois.

Le suicide est donc un phénomène complexe, impliquant la conjonction de nombreux facteurs psychologiques, psychopathologiques, culturels, sociaux, économiques, religieux, …. Dans ce large champ d’étude que représente ce phénomène, la suicidologie bénéficie de l'apport des techniques modernes et récentes de neuro-imagerie (IRMf), de génétique moléculaire, de neurobiologie, de neurophysiologie, de psychologie cognitive, … qui introduisent des pistes particulièrement intéressantes en matière de compréhension des conduites suicidaires. Ces données permettent d'envisager de nouvelles hypothèses et de ne plus considérer le suicide comme la complication ou la conséquence de troubles psychiatriques mais d'une conduite relevant d'une entité autonome ayant des caractéristiques cliniques et étiopathogéniques qui lui sont propres. Cette approche est nouvelle en matière de suicidologie et largement soutenue par l'équipe Montpelliéraine du Pr Philippe Courtet.

De nombreuses données confirment en effet l'implication d'un dysfonctionnement du système sérotoninergique avec les implications éventuelles génétiques et neurofonctionnelles, contribuant alors à une vulnérabilité aux conduites suicidaires et laisseraient donc envisager la possibilité d'identifier des marqueurs biologiques, neuropsychologiques et cognitifs qui pourraient aider au repérage des personnes à risque. Dans les conduites suicidaires, le rôle de l'environnement précoce est également déterminant. La maltraitance infantile et les facteurs de stress précoces pourraient, dans une perspective développementale, déterminer un certain nombre de traits de vulnérabilité comme l'impulsivité/agressivité et le désespoir/pessimisme et contribuer ainsi à une vulnérabilité aux conduites suicidaires.

Ainsi, les modèles d'interactions dynamiques Gènes-Environnement relèvent d'une tentative d'intégration du rôle des événements de vie et facteurs de stress et d'une vulnérabilité biologique sous-tendue par des facteurs génétiques, le tout dans une perspective neurodéveloppementale.

Quelques photographies de la conférence :

 
Photos prises le 24 novembre 2011

Le Professeur Philippe Courtet dirige l'une des rares équipes en France qui travaille sur ces dimensions et défend cette piste particulièrement novatrice en matière de suicidologie qu'est le modèle neurodéveloppemental. Il défend également l'idée, sur la base de nombreuses données cliniques et neuroscientifiques, que les conduites suicidaires doivent être considérées comme une entité autonome au sein de la nosologie psychiatrique.

Cela ne va pas sans envisager les implications possibles sur nos pratiques et particulièrement dans le cadre du dépistage des personnes à risque.

La psychiatrie prédictive et préventive trouve là un large champ de recherche et de réflexion.

                                                                                 Docteur Mohammed TALEB

 

 

Bilan de la journée : quelques chiffres

  • 60 personnes ont participé à cette conférence,
  • 100% de satisfaction quant à la qualité des interventions,
  • Le contenu de la conférence a répondu aux attentes de 96 % des participants.

 

 




 

Journée de formation sur le médico-social - 10 novembre 2011 :

 
Cliquer sur l'image pour télécharger le fichier
Le Réseau de Coordination Psychiatrie, Social  et Médico-Social de l'Eure  (RCPSMS 27) a réalisé une journée d'information à destination des personnels du CH de Navarre le 10 novembre 2011.
 
Cette manifestation a été ouverte à tous les professionnels de la psychiatrie du département et a été soutenue par la Préfecture de l'Eure, l'Agence Régionale de Santé et le Conseil Général de l'Eure.

Un temps fort pour le RCPSMS 27 et tous ses partenaires !

Ci-dessous, vous trouverez les interventions des intervenants ainsi que des photographies de l'évènement.

Diaporamas des intervenants : (cliquer sur les images pour télécharger les fichiers)

     
Intervention de la FEHAP Intervention de l'association  L'ADAPT Intervention de L'association LA RONCE
     
Intervention de l'association les papillons Blancs Intervention CAMSP de  l'Association LA RONCE Intervention de l'ITEP
Association les Nids
     
Intervention de l'Association RP Maistre Intervention sur l'hébergement - Association L'ADAPT Intervention ESAT - Association L'ADAPT
     
Intervention sur les SAVS - Association LA RONCE et L'ADAPT Intervention de l'Association L'ABRI Intervention EPHAD d'Ivry la Bataille - Association Les Sapins
 

Quelques photographies représentatives de la journée (photos prises le 10 novembre 2011) :